Washington Nationals – Seattle Mariners

De mon point de vue, il est évident que partir un an aux USA sans être allé voir un match de Baseball m’aurait laissé le sentiment d’être passé à côté de quelque chose. L’équipe de Washington, les Nationals, évoluent en Major League Baseball ce qui constitue la meilleure division aux Etats-Unis.

Le match que nous sommes allés voir opposait les Nationals (17/40) aux Seattle Mariners (14/40) (deux équipes de milieu de tableau) au Nationals Park.

Le Nationals Park a une capacité de 41 888 sièges et dispose de 78 suites de luxe et 2 500 sièges de club.

Il faut tout de même avouer qu’au baseball, sur un match de 3 heures il n’y a que 30 minutes de bonnes actions. Cela a une conséquence directe avec le comportement du public : dès qu’un batteur touche la balle, tout le monde crie (quelque soit l’équipe du batteur).
Pour meubler les temps morts (entre les changements ou entre les manches), on a eu le droit à une course de mascottes à l’effigie de célèbres Présidents des Etats-Unis ou au bon vieux moment patriotique où tout le monde se lève pour remercier les anciens combattants du servir qu’ils ont rendu à la nation.

Voir un lanceur professionnel en action, c’est quelque chose. Lorsque l’on regarde du baseball à la télévision, on n’imagine pas qu’il y a 20mètres entre le lanceur et le batteur. Au début de notre match, le lanceur a fait un strike à 100 miles/h (160km/h) (sachant que le record du monde est depuis 2010 à 105 miles/h). On s’est donc tout de suite rendu compte du niveau de baseball auquel nous assistions.

Le match s’est achevé sur une victoire 2-1 des Nationals qui poursuit sa bonne lancée et qui va devoir concrétiser ce soir contre les White Sox de Chicago.

Finalement, ce match m’a permis de bien cerner les règles du Baseball (sport encore trop impopulaire en France et qui n’est plus reconnu comme Olympique depuis 2008) et même de l’apprécier ! Certes le match est un peu long mais tout peut se jouer en 5 secondes sur un mauvais lancer ou une mauvaise récupération. C’est, à mon avis, ce qui donne le piment à ce sport : devoir être à fond sur de courtes périodes à n’importe quel moment.

Leave a Reply