Cette semaine s’est achevée en beauté la dernière chasse aux papiers administratifs : l’obtention du permis de conduire du Maryland. Je ne vais pas m’attarder sur ce point, il faut juste savoir que l’administration américaine vaut celle de France. Vous trouverez toutes les explications (et les complications) concernant le permis de conduire du Maryland sur le blog de Bertrand ici.

Afin de profiter tranquillement de ce samedi de repos, je suis allé me promener dans Washington. Mon programme était simple et comprenait 3 étapes que je vais décrire une par une à la suite de cet article.

White House

Lors de notre dernière visite, j’étais un peu déçu de n’avoir pu apercevoir la Maison Blanche que de très loin. Il faut savoir que pour entrer à l’intérieur il faut former un groupe de 10 personnes et fixer un rendez-vous au moins 6 mois à l’avance. En visitant « l’autre côté » de la Maison Blanche, j’ai été surpris d’obtenir un meilleur point de vue que la dernière fois.

Juste devant la maison blanche se tenait une étrange manifestation syrienne. D’un côté les pro-Bachar el-Assad (l’actuel président de la République Syrienne) contre les anti-el-Assad. Les deux camps, indiscutablement très fortement opposés, étaient séparés par un bataillon de policiers prêts à intervenir à tout moment. Je ne suis pas resté du coup très longtemps parce que bon, je n’avais pas envie d’être à côté si ça se tapait dessus.

Chinatown

Comme il faisait beau et que j’avais envie de marcher, je me suis ensuite dirigé vers le quartier de Chinatown. Ce qui est étonnant avec les Etats-Unis, c’est le changement radical d’ambiance d’une rue à l’autre. Sur le chemin, en traversant une rue branchée, les filles/vieilles qui sortaient des magasins portaient des robes à la reine d’Angleterre et se faisaient accompagnées jusqu’à leur taxi par les vendeurs portant des sacs entiers de vêtements fraîchement achetés… Immédiatement après avoir quitté les magasins chics, je me suis retrouvé dans le petit Chinatown de Washington (je dis « petit » parce qu’apparemment celui de New York est beaucoup plus grand).

En marchant de plus en plus vers l’Est, je me suis vite rendu compte que le « look » de la plupart de gens avait très rapidement changé. Certes il y avait des groupes de touristes ici et là mais essentiellement des gens un peu tatoués style « gangta ». En m’arrêtant parce qu’un énorme camion de pompier hurlait de toutes ses sirènes à grande vitesse, j’ai constaté qu’une dame qui traversait tranquillement la route s’est mise à vomir par terre en pleine rue comme-ci de rien n’était, tout en marchant tranquillement… D’abord étonné puis amusé, au moment de reprendre ma route j’ai brusquement entendu une petite détonation à une centaine de mètre sur ma gauche. Curieux, en y jetant un œil j’ai vu un homme au loin se rouler par terre. A peine eus-je remarqué que c’était un policier qui était au sol qu’un groupe d’agents courraient à travers une rue étroite à côté de moi. Ne sachant pas trop quoi faire, je suis resté net sur ma position et au bout d’une trentaine de secondes un immense bataillon de policiers a bloqué la route. « Officer Down ! ». Défilé de sirènes, défilé de voitures, défilés de cops.Avec du recul, je constate que les policiers se sont séparés immédiatement en plusieurs groupes d’une manière très maîtrisée. Il y avait ceux qui « sécurisaient la zone », ceux qui soignaient le blessé (ils lui ont arraché la chemise et fait un massage cardiaque) et ceux qui étaient partis poursuivre le/les bandits.En discutant avec la personne située à côté de moi, nous n’avons noté aucune trace de sang sur l’officier à terre. D’où la question que l’on s’est posé : « pourquoi un massage cardiaque s’il n’a pas été touché ? ». Je ne saurais jamais ce qu’est advenu de toute cette histoire parce que nous avons été immédiatement convié à « foutre le camp » de la rue. J’espère simplement que le flic va bien et qu’effectivement il n’a pas été touché par une balle. Mon voisin m’a déclaré avec beaucoup de calme avoir vu en premier le policier menacer quelqu’un avec son arme avant de s’écrouler. Il m’a dit que ce genre de chose n’arrivait quasiment jamais ici et que l’Est de Washington est beaucoup moins sûr que l’Ouest.

On m’avait déjà mis en garde de ne pas aller trop vers l’Est de Washington, encore aurait-il fallu me préciser la limite à franchir…

Dupont Circle

Remis de mes émotions, la pluie commençant à tomber suffisant pour être rafraîchissante, je me suis dirigé via Massachussets Avn vers l’arrêt de métro Dupont Circle afin de rentrer tranquillement sur Gaitherburg. En arrivant sur les lieux, les policiers bloquaient la route aux voitures et une immense foule criait de partout… Surpris, il ne m’a pas fallu bien longtemps (juste le temps de regarder un peu les gens autour de moi) pour comprendre que c’était la Gay Pride à Washington.

Les gens étaient heureux. Les chars lançaient des colliers et des bonbons sur la foule sur fond de fanfare qui reprenait des thèmes de Lady Gaga et Black Eyes Peas version saxophone et tuba…

Imperturbables, les fameux joueurs d’échecs de Dupont Circle ne prêtaient pas la moindre attention à ce qu’il se passait autour d’eux et continuer de vivre leur partie à fond.