N’ayant jamais pu prendre l’avion pour cause d’éruption volcanique islandaise, j’ai eu de l’appréhension avant l’embarquement de peur de voir arriver un aléa de dernière minute. Apparemment cette fois était la bonne. Grand Départ !

L’aéroport Charles de Gaulle est incomparable à celui de Beauvais. De part sa taille tout d’abord mais également de part l’organisation – j’ai trouvé l’aéroport bien organisé car on sait immédiatement où on doit aller et on y est rapidement -.

Descendre du RER B à la station Charles de Gaulle Terminal 1, implique, c’est bien souvent omis d’être dit de prendre une petite navette – sans pilote – pour nous emmener vers les halls principaux. La première chose à faire une fois arrivé dans son hall est d’enregistrer les bagages. Ils ont maintenant des automates qui scannent passeport et VISA. Le passage à la douane s’est avéré être une formalité. En même temps, je pense que le personnel était bien équipé pour faire les choses rapidement.

Notre avion était un Boeing 747 de la compagnie UNITED. Quand nous avons embarqué, on a aperçu les places en First et Business. On aurait cru qu’ils avaient leur propre jacuzzi. Rien à voir avec nos places trop serrées (encore plus d’ailleurs quand le voisin de devant abaisse son siège). La prochaine fois que je monterai dans un avion, comptez sur moi pour mettre mon bagage le plus vite possible dans les compartiments. Notre avion était blindé (de mémés surtout) et je n’arrive pas à comprendre comment certains ont pu faire passer des bagages aussi gros. A peine dans l’avion, plus personne ne parle français. La présentation de sécurité par les hôtesses de l’air était quand même bien drôle. En plus de la démonstration, ils nous diffusaient une vidéo où un bonhomme avec les dents bien blanches se présentait comme le PDG de la compagnie et nous souhaitaient un bon voyage sur fond de musique patriotique… Welcome to the United States.

Au niveau de la sortie de l’aéroport, le deuxième passage à la douane a encore été une simple formalité. Le policier qui a validé mon arrivée sur le sol américain était fatigué et n’était pas décider à m’embêter. Stéphane, a eu le courage de nous attendre pendant plus une heure à l’entrée de l’aéroport et nous a conduit directement dans son appartement en collocation avec Diane, avec le sourire dans les embouteillages (voir la photo)

On a vraiment été très bien accueillis. L’appartement est suffisamment grand pour recevoir trois personnes de plus. On va essayer de trouver un appartement ou une townhouse le plus rapidement possible.