Hier s’est conclu une semaine de recherches et de prises de décisions. Dans les faits ce matin nous sommes allés visiter la maison qui nous intéressait le plus. La rue était très typique de celles qu’on imagine aux Etats-Unis et la maison était plutôt mignonne d’extérieur. Bien qu’elle possédait deux full-bathrooms (salle de bain complète avec douche, cuvette et lavabo) et deux autres half-bathrooms (cuvette et lavabo) dont une située dans un basement aménagé (le genre de cave où on trouve la salle de musculation dans les films), les chambres étaient vraiment petites. Par conséquence, on a décidé à l’unanimité qu’on ne cherchait pas à prendre la maison.

Nous avons donc trouvé notre logement : l’appartement à The Crossings. Si tout se passe bien, normalement nous aurons les clés tout à l’heure après avoir signé le contrat.

L’après-midi nous sommes allés avec le couple de français officialisé au MVA (Motor Vehicule Administration) la transaction de notre nouvelle voiture. Le MVA c’est tout simplement le centre d’émission de title (carte grise) et de plaques d’immatriculation.

Pour la modique somme de 410$ nous avons eu des belles plaques toutes neuves et les pastilles pour la voiture. Nous nous sommes assurés aux tiers pour 220$ pendant 6 mois avec nous trois comme conducteurs. Sans plus attendre quelques photos de notre nouveau bolide :

Bon il faut admettre que c’est un gros 4×4 de ricains qui pollue bien comme il faut… Tout ce que j’aime quoi. D’un autre côté ici ils ont presque tous ce genre de voiture et si on veux rouler correctement sur l’autoroute il faut en avoir sous le capot.
La boîte de vitesse est automatique. Il y a un toit ouvrant, un coffre gigantesque, des sièges électroniques, un lecteur 6 CD (fourni avec les CD du couple français), un intérieur cuir, une alarme et d’autres boutons qu’on n’a pas encore tripotés. On essayera d’aller sur un parking aujourd’hui avec Luc histoire de se familiariser avec les boîtes de vitesse automatique et le gabarit de la voiture. Ca va me changer de la 106…

Après avoir successivement trouvé notre appart et acheter notre voiture. Nous sommes allés jouer, Xavier et moi, au foot sur un terrain du NIST avec une vingtaine d’employés comme nous. J’ai remarqué quelque chose d’intéressant dans le comportement des gens ici : ils positivent sur tout. Quand quelqu’un rate quelque chose tu entends des « nice one » ou « try again» d’encouragement alors que ce qu’a fait le type c’était super nul. En France on est sans cesse dans la remise en question : « tu aurais du faire comme ça ! » tandis qu’ici pas du tout. A la fin du foot ils se sont mutuellement applaudis… Je n’ai pas compris pourquoi. Peut-être qu’ils étaient contents que personne ne se soit blessé.

Ca faisait quasiment 1 mois que je n’avais pas couru donc j’étais quand même bien fatigué après. Ce foot nous a bien ouvert l’appétit et Jean-Loup, le maître ès Burger français, nous a suggéré d’aller nous taper un burger d’un pound (c’est-à-dire avec un steak de 500 gr) au Cheeburger.

Honnêtement je dois avouer que j’ai cru à un moment que j’allais tout vomir une fois le burger terminé. Après un bon verre d’eau, mon estomac a dit « ok, burger sécurisé ! » et je n’ai plus eu du tout mal au ventre après. Heureusement pour moi, ça faisait trois repas que je n’avais pas mangé de viande et là on s’est tapé un burger à plus que 2000 Kcal. Je pense que je vais refaire 3 repas sans viande à nouveau.

Pour résumer mon sentiment sur cette journée et pour faire encore dans le cliché : on a passé une bonne journée à l’américaine : on a dépensé plein de sous, on a fait du sport et on s’est bien gavé.